Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter et participer à nos actions.

Les citoyens européens ne soutiennent pas l’utilisation d’huiles de palme et de soja comme carburants pour les voitures et les camions. Selon un sondage de YouGov [1] réalisé dans sept pays européens, un tiers (34%) des européens veulent interdire l’utilisation d’huile de palme dans les carburants le plus vite possible. Les français (42%) et les allemands (35%) montrent le soutien le plus fort pour une interdiction immédiate. Concernant l’utilisation d’huile de soja, également fortement liée à la déforestation, plus de la moitié des européens sondés (52%) souhaitent également son interdiction.

Ce sondage est publié alors que le gouvernement doit présenter, le 28 septembre, son projet de loi de finances 2021. Ce projet de loi est le moment de l’année où la politique de soutien aux biocarburants est débattue.

Depuis le 1er janvier 2020, l’huile de palme brute est exclue de la liste des biocarburants mais le gouvernement a ouvert une dérogation controversée [2] pour une catégorie de produits à base d’huile de palme : les PFAD (Palm Fatty Acid Distillate). Canopée, les Amis de la Terre France et Greenpeace ont saisi le Conseil d’État [3] mais la décision qui devait être rendue avant l’été a été décalée. Pour Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes de Canopée et porte-parole forêt des Amis de la Terre France : « Les débats risquent à nouveau d’être intenses car de nombreux députés ont le sentiment de s’être fait berner par le gouvernement avec la dérogation accordée à certains produits à base d’huile de palme. Ce nouveau sondage montre qu’il y a une profonde incompréhension à ce que les contribuables financent l’incorporation de produits qui contribuent à la déforestation dans les carburants ».

Suite à une réunion de concertation organisée par le ministère de la Transition écologique le 9 septembre 2020, Canopée a été informée que le gouvernement proposerait également, dans le cadre du projet de loi de finances, un plafonnement de l’incorporation d’huile de soja et l’extension du dispositif d’incitation à l’incorporation de biocarburants à l’aviation.

Depuis cinq ans, en France, la consommation d’huile de soja a été multipliée par 5 passant de 128 000 litres en 2014 à 640 000 litres en 2019. Pour Sylvain Angerand : « Le gouvernement acte que l’augmentation d’huile de soja comme biocarburant risque d’entrainer la même pression sur les écosystèmes et les forêts que l’huile de palme. La cohérence serait d’exclure également ces produits et non simplement de les plafonner ». 

Enfin, concernant le développement des biocarburants dans l’aviation, nous estimons que ce sujet est prématuré : « Le gouvernement souhaite promouvoir l’utilisation de biocarburants avancés dans l’aviation, c’est-à-dire principalement d’huiles de cuisson usagées. Or, il n’existe pas d’approvisionnement suffisant pour répondre à cette nouvelle demande. Le risque est donc grand d’importer de l’huile de palme ou de soja frauduleusement qualifiées d’huiles de cuisson usagées ». 

[1] https://www.transportenvironment.org/press/more-half-europeans-want-earlier-end-palm-oil-diesel-%E2%80%93-and-stop-soy-too-poll-finds

[2] https://www.canopee-asso.org/huile-de-palme-dans-les-carburants-comment-total-tente-de-contourner-la-loi/   

[3] https://www.canopee-asso.org/huile-de-palme-dans-les-carburants-recours-au-conseil-detat-pour-faire-annuler-lexception-demandee-par-total/

Partager l'article :