Restons
en contact !

Dans le cadre de la préparation des élections régionales, Canopée a rédigé et envoyé un cahier de propositions pour des forêts vivantes aux différents candidats (à l’exception des listes d’extrême droite). Analyse des réponses et des programmes par région.

Télécharger nos propositions

Les régions peuvent agir pour des forêts vivantes

Les politiques forestières relèvent surtout des compétences de l’État. Mais les régions disposent aussi de plusieurs leviers d’action : subventions publiques, commandes publiques, formations ou encore actions de communication.

Aujourd’hui, la plupart des régions mènent déjà des programmes de soutien à la filière forêt-bois, mais ces programmes ne sont pas assez orientés vers les bonnes pratiques. De nombreuses aides régionales ont des impacts négatifs sur la biodiversité ou le climat : soutien aux monocultures, aux équipements d’exploitation lourds qui déteriorent les sols, ou encore aux grosses unités de bois-énergie.

3 objectifs et 5 leviers d’action pour agir efficacement

Un véritable engagement des régions pour des forêts vivantes peut passer par 3 objectifs et 5 leviers d’action :

Les régions peuvent agir pour des forêts vivantes en visant trois objectifs :

Encourager une gestion forestière plus écologique

Les régions peuvent d’abord encourager une gestion forestière plus écologique. Aujourd’hui, seuls 1,3 millions d’hectares de forêt sont gérés par des adhérents à l’association professionnelle Prosilva (sur 17 millions d’hectares en tout). Prosilva applique les principes de la sylviculture à couvert continu, qui présentent de nombreux avantages environnementaux, sociaux et économiques. Ils s’appuient sur la dynamique naturelle de l’écosystème, tout en étant orientés vers la production de bois d’œuvre de qualité.

Accompagner des méthodes d’exploitation plus responsables

Les régions peuvent ensuite accompagner des méthodes d’exploitation du bois plus responsables, en ne subventionnant par exemple que le matériel d’exploitation qui ne détruit pas les sols. Dans la même logique, les régions peuvent subventionner le débardage par câble ou par traction animale.

Soutenir la transformation locale de bois

Les régions peuvent aussi avoir un fort impact sur le type d’arbres qui poussent sur leur territoire : en soutenant la transformation locale de tous les types de bois, notamment des bois de feuillus, les régions luttent contre la dynamique actuelle de plantation de résineux. Si il y a des scieries locales pour transformer les feuillus, pas besoin de remplacer peu à peu les feuillus par des résineux !

Nous analyserons les programmes des candidat.e.s

Nous transmettons actuellement nos propositions aux candidates et candidates aux régionales.

Au fil des prochaines semaines, nous rendrons publiques leurs réactions à nos propositions, et analyserons en détail leurs programmes pour la forêt.

Partager l'article