Restons
en contact !

Hier soir, la commission Environnement du Parlement Européen a exclu la biomasse forestière primaire [1] des sources d’énergie comptabilisées comme renouvelables dans le mix énergétique des Etats membres. Une prise de position porteuse d’espoir pour la protection des forêts.

45 députés ont voté pour cette exclusion, 36 contre et 6 députés se sont abstenus [2]. 

Pour Bruno Doucet, chargé de campagnes pour Canopée : “Les députés européens ont pris acte des multiples alertes des scientifiques [3] et des associations, qui dénoncent la multiplication de coupes rases en forêt pour alimenter le marché du bois énergie. Le bras de fer s’ouvre maintenant avec les Etats membres pour consolider cette décision”. 

La nouvelle directive sur les énergies renouvelables prévoit une part obligatoire d’énergies renouvelables de 45% à l’horizon 2030 dans le mix énergétique des Etats membres. Or, aujourd’hui, la majeure partie des énergies renouvelables françaises provient de la biomasse (55%) [4] sans distinction de ce qui est directement prélevé en forêt (la biomasse primaire) et de ce qui est un coproduit de la transformation du bois (la biomasse secondaire). 

Si cette décision est adoptée, seuls les coproduits de la transformation du bois seront désormais considérés comme une énergie renouvelable et non plus le bois directement prélevé en forêt.

Comme le rappellent plus de 500 scientifiques [3], augmenter la récolte de bois en forêt pour le brûler accélère le changement climatique.

La décision de la commission Environnement du Parlement Européen est historique, car elle marque un coup d’arrêt à un secteur en plein expansion et vient corriger une distorsion de marché qu’elle avait elle même créée : les projets de bois énergie se sont multipliés, soutenus par des subventions publiques, alors même que le volume de bois transformé stagne depuis 10 ans [5]. Un découplage qui fait tomber l’argument selon lequel seuls des coproduits de l’exploitation et de la transformation du bois alimenteraient le marché du bois énergie.

La décision, votée dans la commission Environnement (ENVI), devra être confirmée par un vote du Parlement Européen en assemblée plénière en septembre puis par le Conseil réunissant les Etats membres. 

Pour Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour Canopée : “Les fonds libérés par l’arrêt des subventions à la biomasse primaire pourraient être réorientés vers les acteurs de la sylviculture durable et les petites et moyennes scieries : ainsi, nous continuerons à produire du bois, mais il sera produit durablement. Les coproduits de ce bois pourront servir en partie pour produire de l’énergie.” 

Réferences:

[1] La biomasse forestière primaire désigne le bois directement issu de forêts (contrairement à la biomasse secondaire, issue des déchets de scieries). 

[2] Amendements CA1 et  CA9  du rapporteur Nils Torvalds: https://emeeting.europarl.europa.eu/emeeting/committee/fr/agenda/202205/ENVI?meeting=ENVI-2022-0516_1&session=05-17-09-30

[3] https://www.canopee-asso.org/500-scientifiques-alertent-sur-le-bois-energie/ 

[4]D’après le ministère de la transition écologique : https://www.ecologie.gouv.fr/biomasse-energie

[5] D’après la Cour des Comptes, 2020, page 119 : https://www.ccomptes.fr/system/files/2020-05/20200525-rapport-58-2-structuration-filiere-foret-bois.pdf

Partager l'article