Restons
en contact !

Recréer des forêts en ville plus vite et plus riches en biodiversité? C’est la promesse de nombreuses start-up et associations qui proposent des projets de plantations d’arbres en ville selon la méthode Miyawaki. Problème : derrière les slogans, la réalité scientifique de ces arguments est fragile. Décryptage.


« Une forêt centenaire créée… en une matinée » C’est le défi qu’a proposé, le plus sérieusement du monde, l’entreprise Reforest’Action à 200 parisiens sur une parcelle de 700 m2 dans le bois de Vincennes avec le soutien de la Mairie de Paris (1). A Strasbourg, c’est l’entreprise TreesEverywhere qui promet de « recréer les différents étages d’une forêt de type primaire en trente ans » dans le cadre  d’un projet de reconversion de friches industrielles (2).

Depuis quelques années, ce type d’opérations se multiplie dans les grandes villes françaises et un véritable marché est en train de se créer pour des start-up comme Reforest’Action, TreesEverywhere, Urban Forests, Permafforest ou des associations comme Semeurs de forêts, Boomforest, Les Pionniers ou Colibri Forest.

Les arguments avancés sont, bien souvent, un simple copié-collé d’un acteur à l’autre : ces mini-forêts urbaines pousseraient 10 fois plus vite, avec 20 fois plus de biodiversité et 30 fois plus denses. Sauf que ces arguments sont rarement étayés, et quand ils le sont, c’est avec une rigueur scientifique douteuse.

Une croissance des arbres plus rapide ?

La plupart des acteurs mettent en avant une rapidité de croissance (10 fois plus) ce qui interpelle le botaniste Serge Muller, chercheur à l’Institut de systématique, évolution, biodiversité du Muséum national d’histoire naturelle : « Les chiffres mentionnés de rapidité de croissance (10 fois plus rapide, mais selon quels paramètres ?) et d’importance de biodiversité (20 à 100 fois plus importante ou plus dense selon les documents, mais comment est-ce calculé ?) laissent plutôt perplexe, surtout pour des surfaces plantées de si petites dimensions, et devraient faire l’objet de suivis scientifiques et d’études plus précises » (3). Petite variante : TreesEverywhere évoque un étagement qui se ferait dix fois plus vite, mais sans préciser, là aussi, par rapport à quelle autre situation (plantation ordinaire ou régénération naturelle ?). Quant à l’étagement, favorisé par la plantation d’arbustes et d’arbres, aucune donnée n’est fournie sur son maintien dans la durée, notamment à cause des phénomènes de tolérance à l’ombre pour le sous-étage. De plus, cet étagement ne semble absolument pas garanti car l’aspect visuel de la plantation est un peu monotone, les arbres ayant tous la même classe d’âge. Cette critique est généralement émise au vu des photographies prises après 10 ou 20 ans (4).

Une densité plus forte ?

La densité (30 fois plus) est sans doute liée au nombre de jeunes arbres plantés serrés au départ (2 à 7 au m2), mais au bout d’une quinzaine d’année, elle n’est plus que de 0,5 à 2 arbres au m2(5). Un phénomène naturel. Une des rares études menées en Europe sur l’efficacité de cette méthode fait état de 61 à 84 % de mortalité des arbres 12 ans après la plantation (6). Ce qui fait dire à certains chercheurs de l’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement (INRAE) : « Ce n’est pas un problème en soi, cela signifie seulement que toutes les jeunes pousses plantées dans une métropole ne donneront pas, à terme, des arbres. La nuance est de taille. » (7) En plantant aussi serré, la communication sur le nombre d’arbres plantés qui peut impressionner les néophytes peut perdre de son impact. Ainsi les 25 000 arbres qui doivent être plantés à Mulhouse selon la méthode Miyawaki (8), à raison de 3 ou 4 arbres au m2, ne concerneront finalement que 6000 à 8000 m2.

Des plantations autonomes au bout de 3 ans ?

Après 3 années d’entretiens, les plantations Miyawaki seraient devenues des forêts autonomes. Une affirmation à relativiser : alors que les sécheresses répétées augmentent le stress hydrique et entraînent des hausses de mortalité très importante des plantations (9), il est fort peu probable que les plantations Miyawaki fassent exception. Surtout dans un contexte urbain, où les agressions et les facteurs de stress sont plus importants. Là encore, l’absence de recul et d’un protocole de suivi rigoureux jettent un doute sur ce type d’affirmation.

Une biodiversité plus importante ?

La biodiversité de ces plantations (20 fois plus et même cent fois plus importante que les forêts classiques d’après le guide rédigé par l’association Etats sauvages) (10) est annoncée comme plus importante que dans une forêt, sans doute par le nombre d’espèces plantées, pouvant aller jusqu’à 40 arbres et arbustes autochtones sur un même site. Mais il n’y a pas assez de recul pour juger si cette diversité végétale de départ subsistera au bout de plusieurs décennies. La seule étude concernant la diversité animale a été réalisée aux Pays-Bas en comparant la diversité spécifique d’une vingtaine de groupes taxonomiques différents dans des plantations Miyamaki d’à peine deux années avec celle de forêts environnantes servant de témoins (5), sans préciser leur nature et leur âge. C’est sur la base de cette étude ayant fait l’objet d’un rapport non publié que la biodiversité des plantations Miyawaki est jugée en moyenne 18 fois plus importante que celle des forêts classiques. Évidemment, ces résultats sont plus que troublants et leur non publication pose problème, car comment croire qu’au bout de deux années une plantation ait une diversité animale bien plus importante que celle d’une forêt ? C’est sur ce thème de la biodiversité qu’il faut clairement séparer l’emballement légitime pour la plantation d‘arbres de la connaissance scientifique sur les forêts. Une plantation sur des sites de taille modeste, même nommée mini-forêt ou micro-forêt, ne sera jamais une forêt. Une forêt est constituée d’arbres mais également de multiples organismes vivants en interactions qui sont à l’origine des processus dynamiques caractéristiques de l’écosystème forestier. Une plantation Miyawaki ne peut pas prétendre devenir en 30 ans une forêt et encore moins une forêt primaire, primitive ou vierge comme on le lit trop souvent dans la presse et les textes des entreprises et associations qui les mettent en place. Une forêt mature nécessite un temps long et un sol forestier ancien alors que les plantations sont installées la plupart du temps sur un sol non forestier ayant souvent subi des modifications géochimiques. Une forêt tempérée possède 30 % de sa biodiversité (lichens, champignons, insectes) dans les stades âgés et sénescents, ce qu’aucune plantation Miyawaki ne peut espérer en 30 ans. Une forêt se développe sur le temps long et sur de grands espaces, or les « micro-forêts » Miyawaki sont au mieux des bandes boisées qui ne peuvent pas posséder une grande biodiversité forestière de par leur isolement en milieu urbain ou agricole. Comme le rappellent les chercheurs de l’INRAE (7) : « Les relations entre taille des forêts, biodiversité et fonctionnement de ces écosystèmes sont complexes, avec des effets de seuils. Mais dans la tendance générale, les petites forêts hébergent une biodiversité plus faible et sont beaucoup plus vulnérables aux perturbations que les grandes. Alors, quel avenir pour des micro-forêts insérées dans un milieu par nature hostile, la ville ? » Par ailleurs, l’association Etats sauvages précise dans le guide qu’elle a rédigé : « Toutefois la reconstitution de cette naturalité reste artificielle et malgré les bénéfices environnementaux pour les zones reboisées, le cortège faunistique et floristique qui les accompagne ne saurait remplacer celui d’une forêt mature laissée libre de toute intervention humaine. »

Alors que faut-il penser des plantations Miyawaki ?

Akira Miyawaki est un botaniste spécialiste en écologie végétale, notamment des graines, qui s’est intéressé aux forêts de son pays. Il est venu en Allemagne dans les années cinquante pour travailler sur le concept de végétation naturelle potentielle ce qui lui a permis ensuite d’étudier la naturalité des forêts japonaises. C’est en constatant la transformation des forêts feuillues en forêts de conifères que Miyawaki va commencer la collecte d’une banque de graines provenant des reliques des forêts naturelles conservées durant des générations autour des temples et des cimetières traditionnels japonais. Il a ensuite proposé un plan de restauration des forêts indigènes qui n’a jamais vu le jour. Par contre, sa méthode de plantation d’arbres autochtones a été appliquée avec succès sur des terrains difficiles pour fixer des remblais et des décharges sur des sites industriels, pour atténuer les effets des tsunamis et des cyclones et pour lutter contre l’érosion après des tremblements de terre.  Miyawaki a mis en œuvre des techniques de restauration écologique sur sols tassés, remaniés, pollués, industriels, urbains ou périurbains en utilisant le plus possible d’arbres appartenant aux forêts naturelles.

Parce que ces plantations sont destinées à des sols en mauvais état écologique, les travaux à mettre en œuvre pour leur réussite sont importants. Cela commence par une analyse du sol, une étude poussée des espèces autochtones pour le type de sol concerné pouvant aller jusqu’à la constitution d’une base de données, un amendement du sol, la fourniture de plants mycorhizés -ce que ne fournissent pas les pépiniéristes français pour les espèces forestières-, le soin à apporter aux plants avant plantation, la plantation en butte qui peut nécessiter une pelleteuse, un arrosage des plants, voire une irrigation, qui doit se poursuivre 2 à 3 ans après la plantation, une protection des plants vis-à-vis des herbivores ou de tout acte de vandalisme en milieu urbain et bien sûr un accès au site de plantation pour un véhicule. Autant de conditions qui sont rarement réunies.

L’engouement pour les plantations Miyawaki : notre lien perdu avec les forêts

Notre époque est celle d’une grande accélération du temps liée aux outils numériques et au besoin d’immédiateté des réponses face aux multiples attentes de la société. Or, ce que la forêt peut nous apporter dans notre relation au monde et à la Nature, c’est justement l’apprentissage et l’expérience du temps long. Pour qu’une forêt atteigne sa maturité écologique, elle doit passer par différents stades de développement où des espèces différentes se succèdent. Plutôt que des projets marketing où la biodiversité se mesure au nombre d’arbres plantés, nous plaidons pour l’éloge de la friche. Les friches sont là pour nous montrer que la nature est capable, seule, de passer d’un stade herbacé au stade arbustif puis avec le temps au stade d’une forêt mature. Cette succession spontanée mériterait d’être enseignée aux plus jeunes plutôt que de semer la confusion en laissant entendre que la biodiversité se mesure au nombre d’espèces d’arbres plantés ou qu’une forêt n’existe que parce que des humains ont planté des arbres. Pour l’homme pressé, c’est une leçon d’humilité que de reconnaître les vertus d’une nature qui prend son temps.

Notre propos n’est, bien sûr, pas de décourager à la plantation d’arbres en ville. Les arbres apportent de nombreux bénéfices en fournissant, par exemple, de la fraicheur et de l’ombre ou encore en offrant un habitat à de nombreuses espèces animales. Au contraire, c’est parce que nous avons davantage besoin d’arbres en ville, dans les parcs mais aussi dans les quartiers populaires, qu’il est indispensable de ne pas gaspiller de l’argent public en finançant de coûteux projets qui relèvent plus du marketing vert que de l’écologie.

REFERENCES

1 https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-une-foret-primitive-plantee-dans-le-bois-de-vincennes-20-03-2019-8036364.php

1 http://urban-forests.com/fr/

2 Grégoire Gauchet, Une forêt de Miyawaki à la place de l’ancienne tuilerie, L’Alsace 14 mars 2021 page 19

3 https://theconversation.com/microforets-urbaines-que-penser-de-la-methode-miyawaki-156822

4 https://www.techno-science.net/glossaire-definition/Akira-Miyawaki-page-4.html

5 Urban Forests. 2020. La méthode Miyawaki-Chiffres & concepts. 35 p.

6 https://link.springer.com/article/10.1007/s11355-010-0117-0

7 https://theconversation.com/methode-miyawaki-pourquoi-les-microforets-ne-sont-pas-vraiment-des-forets-155091

8 Karine Dautel, Retour à une forêt vierge sur la promenade de la Doller, L’Alsace 14 février 2021 page 19

9 https://agriculture.gouv.fr/suivi-sanitaire-des-plantations-de-lannee-2020-est-la-plus-mauvaise-annee-au-niveau-de-la-reprise

10 https://dd8ca207-30d8-4172-ac6b-30e74d53e317.filesusr.com/ugd/112ed5_52ff2cfcae1c45b1ae7250c10177aeb4.pdf?index=true

11 https://www.facebook.com/permafforest/videos/674205219807353/ 

12 www.bgci.org

Partager l'article