Restons
en contact !

Convertir les centrales à charbon de la Réunion en centrale à biomasse est une menace pour les forêts et un contre-sens pour le climat. 19 ONGs interpellent l’Agence Française pour le Développement, Bpifrance et les acteurs financiers privés dans une lettre ouverte.

L’entreprise Albioma prévoit de convertir deux centrales à charbon à La Réunion (Bois-Rouge et Le Gol) en centrale à biomasse pour produire de l’électricité. 

Le gisement de biomasse étant très limité à La Réunion, Albioma prévoit d’utiliser et d’importer du bois des États-Unis dans un premier temps, et d’Afrique du Sud dans un deuxième temps. L’un des principaux fournisseurs de bois d’Albioma, la société Enviva, est au cœur d’une vive controverse pour son exploitation intensive par coupe rase des forêts naturelles de la façade Est des Etats-Unis. 

Contrairement à ce qu’affirme les promoteurs de ce projet, la combustion du bois n’est pas neutre pour le carbone. Plus de 500 scientifiques ont interpellé la commission européenne sur les risques associés au développement du bois énergie : la conversion d’une centrale à charbon en biomasse forestière entraîne 2 à 3 fois plus de carbone dans l’atmosphère en 2050 par gigajoule d’énergie finale.

Les ONGs demandent à l’AFD et aux acteurs financiers privés de suspendre l’instruction du financement de ce projet de conversion et de publier les études d’impacts environnementaux pour ouvrir un débat.

Pour Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour Canopée : « Après le scandale de la conversion de la centrale à charbon de Gardanne en centrale à biomasse, le gouvernement français pourrait soutenir en catimini via l’Agence Française de Développement et Bpifrance  un nouveau projet à contre-sens des objectifs climatiques et de lutte contre la déforestation importée. »

“Nous accueillons les efforts pour sortir du charbon, mais les acteurs financiers ne doivent pas remplacer un mal par un autre. Loin de constituer un gain sanitaire et climatique, le projet d’Albioma de conversion à la biomasse de ses centrales à charbon à la Réunion aggraverait la situation tout en menaçant l’objectif d’autonomie énergétique. Les institutions financières publiques et privées ne doivent pas céder à la facilité et doivent soutenir un vrai processus de transition énergétique, au profit des énergies renouvelables durables” déclare Lucie Pinson, fondatrice et directrice de Reclaim Finance.”

Elles soulignent également qu’importer de la biomasse à la Réunion irait également à l’encontre de l’objectif d’autonomie énergétique pour les territoires d’Outre-mer d’ici 2030 – un objectif entériné dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015. Une étude menée par l’ADEME pour l’île de La Réunion montre la viabilité de deux scénarios basés sur des énergies 100% renouvelables1.

Notes :

Lire la lettre ouverte ici.

Lire plus d’analyse sur le projet d’Albioma ici.


Lire le blogpost de Reclaim Finance: « Financer la conversion du charbon en biomasse, est-ce une idée “verte” ? »

Partager l'article