Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter et participer à nos actions.

Angers, le 13 octobre 2020 – Alors que s’ouvre l’examen du projet de loi de finances 2021, Canopée et cinq associations partenaires interpellent les députés sur la nécessité de mettre un terme définitif à l’utilisation d’huile de palme dans les carburants.

Canopée, les Amis de la Terre France, Greenpeace, WWF France, le Réseau Action Climat et Transport & Environnement publient aujourd’hui une campagne d’affichage dans la presse (Le Monde, Libération et le Figaro).

En décembre 2018, les députés ont voté l’exclusion des produits à base d’huile de palme du dispositif fiscal d’incorporation des biocarburants. Nous demandons aux députés d’appliquer cette loi pleinement et de mettre fin à l’exception pour les distillats d’acide gras de palme (ou palm fatty acid distillate, PFAD).

Cette exception a été imposée, de façon opaque et par voie réglementaire, par le gouvernement en décembre 2019, après plusieurs tentatives échouées du groupe Total de saboter cette loi comme l’explique Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes de l’association Canopée et porte-parole forêt des Amis de la Terre France :

« Les députés ont l’occasion de mettre un point final à la saga de l’huile de palme dans les carburants qui entache la crédibilité écologique du gouvernement depuis le début du quinquennat. Ce qui est en jeu, c’est non seulement la lutte contre la déforestation, mais également le respect de la parole politique et des engagements pris ».

L’exception accordée pour les PFAD est liée aux intérêts de Total car il s’agit d’un des principaux produits à base d’huile de palme transformés dans la bioraffinerie de La Mède en biocarburant. La reclassification comme « résidu » des PFAD permet à Total de continuer à bénéficier d’un précieux avantage fiscal et pourrait même lui ouvrir le marché des biocarburants avancés pour l’aviation.

Canopée a saisi le Conseil d’État pour faire annuler cette exception mais celui-ci n’a toujours pas rendu sa décision qui était pourtant attendue avant l’été.

Partager l'article :