Restons en contact !

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter et participer à nos actions.

Je signe !

La loi pour mettre fin au scandale de l’huile de palme dans les carburants est entrée en vigueur. Mais Total essaye de s’y soustraire en faisant passer l’un de ses produits à base d’huile de palme pour un « déchet ». Ne les laissons pas faire !

Madame la Ministre,


Depuis le 1er janvier 2020, l’avantage fiscal qui permettait l’incorporation des produits à base d’huile de palme dans les carburants a été supprimé. Cette loi est un progrès notable pour la protection des forêts et du climat.

Pourtant, le gouvernement tente une nouvelle fois de l’affaiblir en ouvrant une exception pour l’une des principales matières premières que Total prévoit d’utiliser pour sa bioraffinerie de La Mède : les PFAD (Palm Fatty Acid Distillate).

Les PFAD ne sont pas des déchets comme voudrait le faire croire Total. Les PFAD sont aujourd’hui valorisés à 100% sur le marché. Une augmentation de leur utilisation se traduirait inévitablement par une extension des plantations de palmiers à huile et donc une accélération de la déforestation.

Madame la Ministre, l’urgence climatique doit primer sur les lobbies. Les PFAD doivent donc être exclus du dispositif de soutien à l’incorporation des biocarburants. C’est ce que les douanes avaient acté en juin 2019 dans une première note technique. Je suis indigné d’apprendre, que sous la pression de Total, les douanes sont revenues sur cette décision avec une deuxième note, diffusée en catimini juste avant les congés de fin d’année.

Madame la Ministre, il n’y a pas d’exception dans la lutte contre la déforestation. Je vous demande de clarifier rapidement la situation et de faire respecter pleinement la loi en excluant les PFAD de la liste des biocarburants ouvrant droit à un avantage fiscal.

Je vous prie, Madame la Ministre, de bien vouloir recevoir l’expression de ma considération distinguée.
0 signataires
Cliquez ici pour avoir plus d'informations sur cette action
Partager la pétition :